27 mars 2011

Derrière le miroir

Laure s’était toujours demandée ce qu’il y avait derrière le miroir car, par endroits, le mur sonnait de façon étrange. Ce jour-là - par désœuvrement m’avait-elle dit plus tard - elle se décida à enlever le miroir du mur où il était suspendu. Armée d’un marteau, elle sonda délicatement la paroi. L’endroit où elle donna le premier coup fut le bon. Sous le papier fleuri, derrière une petite porte, elle découvrit un coffre qui contenait un miroir minuscule. Elle eut la faiblesse de s’y regarder, mal lui en prit : le visage reflété n’était pas le sien ! Elle ne le supporta pas et fut hospitalisée à Sainte Anne.
Ce n’est que six mois plus tard, au hasard d’un voyage en France - j’habitais alors à l’étranger – que je lui ai rendu visite dans sa chambre blanche au bout d’un couloir qui n’en finissait pas. Elle  m’a tout de suite reconnue. Après un passage rapide aux toilettes – la revoir dans cette institution m’avait bouleversée aussi bien physiquement que moralement -  j’ai remarqué que le miroir au-dessus du lavabo avait été retiré. Connaissant son histoire je n’ai rien dit mais c’est elle qui y a fait allusion.
- Ici, il n’y a  aucun miroir. Peut-être que tu trouves ça bizarre, mais l’idée de voir mon visage m’est insupportable.
J’ai juste hoché la tête et elle a continué.
- Ce n’est jamais très bon d’aller voir derrière les apparences. Moi, en tous cas, je ne m’en suis pas remise.
Je suis restée silencieuse et elle a conclu.
- J’ai vu ce que jamais personne ne voit. Et maintenant j’ai ce don de saisir ce qu’il y a derrière chaque visage. Toi par exemple, je te vois de l’intérieur, c’est comme si tu étais transparente. Mais tu peux me faire confiance, je te promets de ne jamais rien te dire. Je sais ce qu’il en coûte de savoir…
Quand je suis partie, son visage s’est assombri. Elle m’a embrassée longuement et m’a dit qu’elle savait que jamais plus je ne reviendrais la voir. Je me suis récriée, mais elle m’a fait « chut » en mettant un doigt sur ma bouche.
Elle n’avait pas tort, je ne l’ai jamais revue, si ce n’est le jour de son enterrement. Je crois que j’ai eu peur qu’elle ne puisse pas tenir sa promesse.

22_02_11_pour_GB

Posté par pagenas à 06:30 - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires sur Derrière le miroir

    à pagenas

    Superbe montage où le flou reflète le flou.

    Posté par gballand, 27 mars 2011 à 08:51 | | Répondre
  • Il ne faut pas demander aux miroirs de trop réfléchir...
    Joli texte, gballand!
    Séraphin Lampion

    Posté par Séraphin, 27 mars 2011 à 09:18 | | Répondre
  • courtoisie

    Oui, le texte s'aligne dans la perspective de l'illustration qui lui renvoie sa propre image.

    J'ai pensé soudain à un fabricant de cercueils qui installerait un petit "miroir de courtoisie" pour que l'on puisse "se refaire une beauté" avant le dernier voyage...

    Posté par D. Hasselmann, 27 mars 2011 à 13:49 | | Répondre
  • Y a un petit côté " portrait de Dorian Grey " dans le collage et dans le texte...
    Beau mariage de vos talents, comme d' hab...

    Posté par agnès, 27 mars 2011 à 13:58 | | Répondre
  • à Séraphin, D. Hasselmann et agnès

    Séraphin : sans doute vaut-il mieux ne pas trop les solliciter, les miroirs...

    D. Hasselmann : une belle idée...

    Agnès : merci, le "mariage" nous va bien, c'est vrai;.)

    Posté par gballand, 27 mars 2011 à 18:56 | | Répondre
  • Vous n'êtes pas faciles à suivre tous les deux. J'avais découvert le collage chez Pagenas et je l'avais beaucoup aimé, je le trouvais très "inspirant". Ici je le trouve après le texte, donc le texte a été écrit d'abord. (Vous avez vu, j'ai tout compris).
    L'osmose avec l'histoire est parfaite. Une belle association comme d'habitude. Je ne suis pas déçue. Juste perturbée du sens de lecture.
    Quant au don de saisir ce qu'il y a derrière chaque visage, c'est une idée tout aussi fascinante qu'effrayante. En science fiction, ce que je préfère c'est ce qui tourne autour des histoires de pouvoirs. Alors je ne peux qu'être touchée par cette nouvelle.

    Posté par Pastelle, 27 mars 2011 à 19:40 | | Répondre
  • à Pastelle

    Merce de votre commentaire. La science fiction ne fait pas partie de mes lectures, je pense que je préfère le fantastique, léger. Vous auriez quelque chose à me conseiller en science fiction ?

    Posté par gballand, 28 mars 2011 à 06:41 | | Répondre
  • C'est aussi inquiétant que le Portrait de Dorian Grey, mais à sa façon !

    Posté par Gicerilla, 29 mars 2011 à 07:15 | | Répondre
  • à GIcerilla

    J'avoue que je me suis même fait un peu peur en l'écrivant ;.)

    Posté par gballand, 29 mars 2011 à 07:58 | | Répondre
  • Je prends connaissance de ce texte, effectivement il est terrifiant! Digne d'un Hitchcock. Super la photo renforce cette idée de l'envers du décor... Bravo à vous deux

    Posté par Patriciabenoliel, 18 novembre 2012 à 15:46 | | Répondre
    • Merci de votre passage. Je trouve aussi que ce duo a été réussi

      Posté par gballand, 18 novembre 2012 à 20:50 | | Répondre
Nouveau commentaire